Le Col du Glandon (1 924 m)

🔎 Visite virtuelle du col du Glandon 🔍

Depuis La Chambre (452 m) une approche modérée de moins de 2 km (2 à 4 %) permet de s’échauffer vers le balcon de Saint-Étienne-de-Cuines (488 m). C’est d’ailleurs ici que commence le balisage, avec encore près de 20 km à gravir. Ce versant nord-est est l’accès le plus pentu avec une pente moyenne de 7,2 %, comportant 1 436 m de dénivelé.

Le Glandon, est le nom du torrent chantant qui vous accompagne une bonne partie de l’ascension, et qui se jette dans l’Arc. À partir du pont du Nantet, on progresse dans le vallon des Villards, avec toujours de 7 à 8 %. En ondulant légèrement, le tracé assez direct présente deux épingles au pied du Premier Villard. Après 8,5 km d’efforts, replat bienvenu de 2 km entre Villard Martinan et Saint-Colomban-des-Villards, qui se termine après le hameau du Châtelet. On repart autour de 8 % en surplombant le petit barrage de Notre-Dame des Neiges. La Chal (1 200 m) constitue le dernier hameau, alors qu’il reste 8,3 km à grimper.

Le caractère sauvage prend le dessus, en se faufilant dans le vallon boisé des Épinettes au pied du Mont Rond. De part et d’autre de l’auberge de L’Échet (1 460 m) l’ascension est toujours aussi exigeante. Aux chalets du Sappey profitez d’une dernière respiration à 6 %. Car quatre lacets de toute beauté marquent la fin assez difficile à plus de 10 % sur près de 3 km, avec une pointe à 11 %.

Au sommet, qui s’inscrit au pied de la Cime de Sambuis (2 726 m) et de la Pointe de l’Ouillon (2 431 m), une stèle rappelle les combats de de Résistance en 1944, tandis qu’une petite cabane permet de se ravitailler. En se retournant, on voit émerger au loin dans l’axe de la vallée l’éclatant massif du Mont Blanc. Le panorama se complète par les Aiguilles d’Arves et la chaîne de Belledonne, d’où se détachent les Aiguilles d’Argentière.

De l’auberge du carrefour, 200 mètres plus bas, seulement 2,7 km à 5,5 % suffisent pour rallier le col voisin de la Croix de Fer (2 067 m). L’autre versant du Glandon plonge en plusieurs paliers vers la vallée de la Romanche, avec les deux grands barrages turquoises de l’Eau d’Olle. 

 

Voir la fiche itinéraire du col du Glandon

col-du-Galndon

Col de la Croix de Fer (2 067 m) 

🔎 Visite virtuelle du col de la Croix de Fer 🔍

Très atypique cette montée du versant oriental se déroule sur une trentaine de kilomètres. Ça grimpe dès le centre-ville de Saint-Jean-de-Maurienne. Passé le ruisseau de la Cure, une grande tour de guet médiévale et le donjon de la Fournache marquent le premier lacet, avec un pourcentage allant jusqu’à 9 %. Après 4,3 km d’ascension à plus de 7 %, tandis que sur la gauche se déploient les pentes forestières de Mont l’Évêque, à Pierrepin (864 m) on délaisse la route qui grimpe à droite vers la station de La Toussuire.

Après une courte descente de 2 km, la progression devient spectaculaire à flanc des falaises et des combes des gorges de l’Arvan, avec 6 km à 8 %. La partie boisée qui s’efface offre de magnifiques vues sur les Aiguilles d’Arves. Sur les pentes du Mont Charvin (2 207 m), quatre tunnels annoncent une accalmie et une seconde déclivité de 2 km vers le pont de Belleville (1 228 m), à mi-distance. D’ici on peut aussi rallier le col du Mollard (1 630 m). La route passe au pied du village perché de Saint-Jean d’Arves et jusqu’au village de Saint-Sorlin d’Arves (1 515 m), c’est un effort raisonnable de 7,1 km entre 3 et 5 %.

En revanche, il faut s’employer pour apercevoir enfin la croix tréflée métallique, au gré des tourments de 7,3 km de sérieux virages panoramiques, oscillant entre 7,5 et 9,5 %. Sous le regard de L’Ouillon (2 431 m) et des Perrons (2 521 m), au loin scintillent les sommets des Écrins, de la Vanoise, de Belledonne, des Grandes Rousses. Le col du Glandon (1 924 m) se trouve moins de 3 km plus bas. 

 

Voir la fiche itinéraire du col de la croix de fer

Col Croix de Fer - CP Bruno PASDELOUP (2)